Culture
Le 11/04/2013
Regard sur la littérature québécoise
Culture
La littérature québécoise moderne est certainement née, un soir de mai 1899, lorsqu’un jeune poète, appelé Émile Nelligan, récita un poème romantique exalté «La romance du vin» à l’école littéraire de Montréal.
Kim Thuy, une auteure québécoise de l'immigration

Mais ce n’est qu’en 1904 que l’abbé Roy formalisera cette naissance, à l’université Laval, par une conférence sur «la nationalisation de la littérature canadienne».
Cependant, le premier grand roman de cette littérature sera l’œuvre de Louis Hemon, «Maria Chapdelaine», paru en 1915 et qui fera l’objet d’un feuilleton télévisé à grand succès.
De nombreuses œuvres suivront pour donner à cette littérature une personnalité propre, indépendante.
 

Les œuvres marquantes de la littérature québécoise

 
Certaines d’entre elles ont marqué l’histoire de la jeune nation québécoise. La liste fournie, ci-après, sans être exhaustive, permet, néanmoins de faire ressortir les ouvrages marquants et incontournables :
 Claude Henri Grignon : «Un homme et son péché»(1933);
 Albert Laberge : «La scouine», édité en 1918 et fut interdit par les autorités ecclésiastiques;
 Alfred Desroches : «À l’ombre de l’Orford», paru en 1929;
 Jean Charles Harvey : «Demi-civilisés»(1934);
 Germaine Guèvremont : «Le survenant»(1945);
 Roger Lemelin : «Les plouffes»(1948);
 Gabrielle Roy : «Bonheur d’occasion», (1950, prix Femina);
 André Langevin : «Poussière sur la ville»(1953) et «Le temps des hommes»(1956) ; deux ouvrages qui ont exprimé avec brio, le désarroi identitaire des québécois de l’époque;
 Gérard Bessette : « La librairie»(1960);
 Antonine Millet (l’acadienne) : «Pélagie-la-charrette», prix Goncourt 1979;
 Yves Beauchemin : «Le maton»(1981) considéré comme le best-seller des best-sellers.
 Anne Hébert : «Kamouraska» (1970, prix des librairies), «Les fous de Bassan»(1982, prix Femina).
Comme on peut le constater, à partir de cette liste, la plupart de ces œuvres coïncident avec des périodes historiques importantes comme les deux guerres mondiales, la crise internationale de 1929 ou encore la Révolution tranquille. C’est pourquoi, il faut considérer que la littérature permet d’apporter des témoignages quasiment éternels sur les principaux événements de l’histoire. C’est à ce titre que l’on peut considérer que la littérature québécoise est un moyen efficace de connaître certains aspects de «la belle province».
 

La contribution d’Anne Hébert à la littérature québécoise

 

Le rayonnement de la poésie québécoise dans le monde commencera grâce à l’insertion dans la collection parisienne des «Poètes d’aujourd’hui»(Seghers), panthéon de la poésie internationale, de quatre poètes : Saint-Denys Garneau, Alain Grandbois, Rina Lasnier et Anne Hebert.
Parmi eux, Anne Hebert occupe une place à part; plus connue pour ses romans, a peut être écrit les plus beaux poèmes du Québec, avec notamment : «Le conte du Torrent»(1950) et les poèmes du «Tombeau des Rois»(1953). Elle a également beaucoup contribué à dévoiler le Québec au monde entier. C’est ainsi qu’à la réception du Prix Duvernay, elle déclara dans un texte intitulé «Poésie, solitude rompue» : «Notre pays est à l’âge des premiers jours du monde. La vie ici est à découvrir et à nommer; ce visage obscur que nous avons, ce cœur silencieux qui est le nôtre, tous ces paysages d’avant l’homme, qui attendent d’être habités et possédés par nous, et cette parole confuse qui s’ébauche dans la nuit, tout cela s’appelle le jour et la nuit».
 

L’apport des immigrants à la littérature québécoise

 

L’immigration a été considérée, au départ, comme un moyen de repeuplement. Son apport, en matière culturelle, particulièrement pour la littérature, n’a pas été clairement perçu à ses débuts, et a été noyé dans le moule de la francophonie.
Mais ce n'est qu’au milieu des années 1980 que la société québécoise devient réceptive au discours des immigrants dont les œuvres décrivent leurs conditions ainsi que leurs difficultés à s’adapter à la culture québécoise, nouvelle pour eux.
C’est ainsi que de nombreux «néo-québécois», comme aiment les appeler les québécois dit «de souche», ont du composer avec un monde distinct de celui qui les a vu naître. Parmi eux, on peut citer Sergio Kokis, d’origine brésilienne, l’italien Marco Micone, la chinoise Ying Chen, la «Pied-noir» Marie Cardinal ou encore la juive-polonaise Régina Robin-Marie.
Les précurseurs de la littérature issue de l’immigration sont trop nombreux pour être tous cités. Néanmoins, certains parmi eux, méritent d’être connus. Il s’agit principalement du dramaturge Jean-Pierre Ronfard( né en 1919), de l’essayiste et romancier Naïm Kattan(né à Bagdad en 1928), du dramaturge et poète Anthony Phelps(né à Port-au-Prince, en 1928), du récipiendaire du prix Femina de 1928 : Marie Le Franc, pour son œuvre «Grand-Louis, l’innocent» sans oublier l’auteur de «Maria Chapdelaine», Louis Hémon ainsi que le prolifique romancier Maurice Constantin-Weyer, auteur d’une soixantaine d’œuvres dont «Un homme se penche sur son passé», prix Goncourt 1929.
 

Évolution de la littérature d’immigration

 

La littérature d’immigration a connu principalement quatre phases :
Une première période qui s’étale du début du 19 ème siècle jusqu’en 1939; elle est marquée par une forte présence d’immigrants européens, irlandais et français, notamment.
Une deuxième période marquée par l’apparition d’auteurs issus de l’Europe non francophone (Roumanie, Pologne et Italie).
Une troisième coïncide avec la Révolution Tranquille et elle est marquée par l’arrivée d’écrivains d’origine maghrébine ou antillaise.
À partir du 20 ème siècle, la littérature de l’immigration prend un nouveau visage avec l’arrivée des premiers écrivains juifs exilés de l’Europe de l’Est ainsi que le retour de plusieurs émigrants québécois des États-Unis où leurs enfants sont nés. Les plus connus étant le poète et romancier Robert Choquette et l’historien Lucien Crampeau. Cette période coïncide avec l’arrivée d’écrivains nés en Europe qui contribuent largement à la création d’une vie littéraire au Québec. Parmi eux, Marie Le Franc, Eugène Achard, auteur d’une centaine d’ouvrages pour la jeunesse, fondateur de plusieurs maisons d’édition et d’association d’auteurs. Dans cette courte liste, il ne faut pas oublier Louis Hémon, le célèbre auteur de «Maria Chapdelaine, récit du Canada Français».
Pendant la période 1949-1959, d’autres auteurs issus de l’immigration, animeront la vie culturelle du Québec. Parmi eux, il faut citer : le poète Alain Horic, originaire de Croatie, le dramaturge André Cailloux, considéré comme l’un des principaux artisans de la télévision pour enfants dès ses débuts en 1952 et Béatrice Clément, fondatrice de l’association des écrivains pour la jeunesse.
Cette période est aussi marquée par l’arrivée d’un des principaux animateurs de la vie littéraire yiddish à Montréal, le poète Melech Ravitch.
 

La florissante activité de la Révolution tranquille

 

Durant la Révolution Tranquille, plus de cent cinquante écrivains au Québec, notamment sous l’effet des recrutements professionnels massifs dans la fonction publique. Cette période voit également l’arrivée d’auteurs du Maghreb et des Antilles comme Anne-Marie Alonzo, les romancières Nadia Ghalem et Mona Latif-Ghattas sans oublier l’arrivée massive (plus d’une trentaine) d’écrivains haïtiens, fuyant les affres du régime Duvalier.
 

La période contemporaine

 

Elle est marquée par la diversification des apports de l’immigration. Au début des années soixante-dix, les premiers écrivains d’Amérique du Sud arrivent au Québec, parmi lesquels la nouvelliste uruguayenne Gloria Escomel, le brésilien Sergio Kokis et la cinéaste et romancière chilienne Marilû Mallet.
Cette diversification s’exprime aussi par l’influence d’auteurs francophones issus du Maghreb, d’Afrique Noire, du Liban (avec le dramaturge Wajdi Mouawad) et surtout d’Haïti avec le romancier à succès Dany La Ferrière, auteur de «Comment faire l’amour à un nègre sans se fatiguer».
L’Asie du Sud Est a également participé au rayonnement de la littérature québécoise grâce à l’apport de la chinoise Ying Chen, auteure de quatre romans dont «L’ingratitude» sans oublier la vietnamienne Kim Thúy ,Grand prix littéraire Archambault 2011, Prix du Gouverneur général 2010, Prix du Grand public La Presse 2010, Grand Prix RTL-LIRE 2010 grâce à son roman «Ru», édité en 2009, à la maison d’édition Libre Expression.
 

La littérature est une des composantes essentielles de la culture québécoise. Et c’est à ce titre qu’elle mérite d’être connue car, non seulement, elle donne une idée sur l’identité québécoise mais aussi et surtout parce qu’elle immortalise les événements marquants de l’histoire du Québec.

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

Un des livres qui peuvent compléter cet article, c’est «Histoire de la littérature québécoise » de Michel Biron , François Dumont, Elisabeth Nardout-Lafarge qui constitue un ouvrage essentiel pour connaître et comprendre la culture québécoise.

Auteur : 
Radouane Bnou‐nouçair
Au fil de l'actualité
+Récent
+Lus
Maroc
Le: 30/05/2017
83 Visites
Culture
Le: 09/05/2017
93 Visites
La chronique de RBN
Le: 25/04/2017
151 Visites
Actualité
Le: 09/04/2017
177 Visites
Maroc
Le: 31/03/2017
173 Visites
Culture
Le: 26/03/2017
214 Visites
Maroc
Le: 10/03/2017
288 Visites
Actualité
Le: 31/12/2016
462 Visites
Maroc
Le: 20/12/2016
627 Visites
Maroc
Le: 17/11/2016
650 Visites
Maroc
Le: 05/09/2016
632 Visites
Maroc
Le: 03/09/2016
788 Visites
Maroc
Le: 05/08/2016
765 Visites
Maroc
Le: 10/07/2016
806 Visites
Culture
Le: 03/07/2016
850 Visites
Culture
Le: 23/06/2016
882 Visites
Maroc
Le: 22/06/2016
699 Visites
Maroc
Le: 01/06/2016
841 Visites
Maroc
Le: 23/04/2016
1 Visite
Maroc
Le: 03/02/2016
1 Visite
Sport
Le: 11/01/2016
1 Visite
Actualité
Le: 02/01/2016
1 Visite
La chronique de RBN
Le: 01/02/2013
7,516 Visites
Maroc
Le: 16/07/2014
6,050 Visites
Québec
Le: 11/03/2013
5,676 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
5,570 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
5,502 Visites
Maroc
Le: 23/09/2012
5,264 Visites
Sport
Le: 02/05/2012
4,737 Visites
Maroc
Le: 18/03/2013
4,647 Visites
Maroc
Le: 28/11/2012
4,616 Visites
Maroc
Le: 28/11/2012
4,559 Visites
Sport
Le: 27/10/2011
4,462 Visites
Maroc
Le: 18/03/2013
4,364 Visites
Culture
Le: 24/09/2012
4,194 Visites
Culture
Le: 02/07/2013
4,180 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
4,105 Visites
Sport
Le: 04/12/2013
4,094 Visites
Sport
Le: 29/10/2012
3,943 Visites
Culture
Le: 09/12/2012
3,818 Visites
Actualité
Le: 23/09/2012
3,786 Visites
Maroc
Le: 04/04/2014
3,721 Visites
Sport
Le: 11/12/2011
3,682 Visites
Maroc
Le: 26/11/2012
3,647 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
3,574 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
3,553 Visites
Maroc
Le: 26/01/2013
3,457 Visites
Culture
Le: 03/05/2013
3,357 Visites
Sport
Le: 04/06/2012
3,351 Visites
Sport
Le: 27/10/2011
3,324 Visites
Actualité
Le: 27/11/2012
3,254 Visites
Culture
Le: 24/09/2012
3,239 Visites
Maroc
Le: 11/10/2015
3,209 Visites
Maroc
Le: 24/12/2012
3,173 Visites
Québec
Le: 09/02/2013
3,113 Visites
Actualité
Le: 18/03/2013
3,112 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
3,091 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
3,070 Visites
Québec
Le: 16/01/2013
3,013 Visites
Québec
Le: 17/12/2012
3,007 Visites
Maroc
Le: 01/04/2013
2,947 Visites
Question du Jour

Pensez-vous que la 3ème guerre mondiale, c'est pour bientôt?

Pages




Copyright © 2012 Maroc-Québec. All rights reserved.