Québec
Le 03/06/2014
Le PQ et la souveraineté ont-ils encore un avenir?
Québec
La défaite du Parti Québécois(PQ) aux dernières élections du 7 avril 2014, par son ampleur, suscite des questions fondamentales sur l’avenir d’un parti qui a toujours voulu être l’étendard de l’identité québécoise et le dépositaire de la souveraineté.

Le cuisant échec électoral du 7 avril constitue-t-il un signal d’alarme ou sonne-t-il le glas d’un parti et de son projet de souveraineté?
Ou encore, cette défaite n’est-elle finalement que le résultat d’une mauvaise campagne électorale?
Les réponses à toutes ces questions permettront d’analyser la situation actuelle du parti québécois en vue de faire ressortir les options possibles pour l’avenir du PQ et de son principal projet : la souveraineté.

 
L’histoire du PQ et l’ampleur de la défaite

 

Le Parti Québécois a été créé le 11 octobre 1968 par René Lévesque et il a toujours entretenu l’espoir de faire un jour la souveraineté. Le PQ a vécu 2 référendums (1980 et 1995) et Il a eu 7 chefs dont 6 sont devenus premier ministre.
Les différentes défaites du PQ aux élections ont toujours été mouvementées et ont toutes suscité une remise en question et une profonde réflexion sur l’avenir du parti. Pourtant, la défaite du 7 avril est certainement la plus grave et la plus cuisante des défaites par son ampleur et son aspect inattendu.
Plus que les précédentes, cette défaite remet en cause l’existence du parti et de son projet-phare : la souveraineté. Cette situation s’explique par les principales raisons suivantes :
 L’affaiblissement économique du Québec par rapport aux autres provinces du Canada; ce qui l’a rendu très dépendant de la péréquation;
 Le non-attachement de la nouvelle génération à l’idée de souveraineté. Pour les jeunes québécois d’aujourd’hui, la souveraineté n’est plus la priorité des priorités;
 La mondialisation a contribué à diluer la culture québécoise dans la culture mondiale, devenue intimement liée au monde des affaires;
 L’évolution démographique du Québec qui le rend dépendant de l’immigration. Et il parait très peu probable que les nouveaux arrivants soient prêts à se séparer du Canada;
 L’absence d’un chef charismatique à la tête du parti. Pierre Karl Péladeau aurait pu être cet homme là. Malheureusement, s’il n’est pas arrivé à faire gagner les élections, comment pourrait-il mener le parti à la souveraineté?

 
L’analyse de la défaite du 7 avril et l’avenir du PQ

 

La lourde et surprenante défaite du 7 avril 2014 est annonciatrice d’un risque potentiel d’éclatement voire de disparition du parti dépositaire du projet fédérateur sur la souveraineté.
D’où la nécessité d’analyser les causes profondes de cette défaite pour dégager les options encore possibles pour ce parti.
Il faut distinguer les causes profondes des erreurs liées à la campagne électorale.

 
Les principales erreurs de la campagne électorale

 

Les erreurs durant la campagne ont été nombreuses et doivent être mises en évidence pour être bien distinguées des raisons profondes :
 Dès le premier jour de campagne, Mme Marois, pour des raisons inexpliquées, a refusé de répondre aux questions des journalistes; ce qui a interpelé inutilement l’opinion publique;
 La publicité axée sur la détermination de Mme Marois et la montrant seule a eu un effet négatif car elle suscité des questionnements inutiles sur l’esprit d’équipe au sein du parti;
 Les performances de Mme Marois ont été ordinaires voire médiocres, notamment durant les débats de chefs;
 Il y avait beaucoup de confusion dans les messages diffusés par le parti;
 Le poing levé de Pierre Karl Péladeau appelant à faire du Québec un pays a pénalisé le PQ car, en faisant miroiter la possibilité d’un référendum, il a divisé ses électeurs potentiels;
 La panique exprimée en fin de campagne a fait douter des électeurs du PQ qui ne sont pas allés voter;
 Le populisme démagogique utilisé pour défendre la charte de la laicité, un atout majeur de la campagne, a fait perdre au parti un grand nombre d’électeurs.

Malgré leur importance, ces erreurs de campagne électorale n’expliquent pas totalement l’ampleur d’une telle défaite car cette défaite a révélé des causes plus profondes.

 
Les causes profondes de ce revers historique

 

Ces causes profondes sont également nombreuses mais n’ont pas encore suscité une analyse approfondie de la part du staff du parti, encore sous l’effet du choc de la défaite et de la perspective d’une prochaine course à la chefferie.
Les principales causes sont présentées ci-après dans un ordre aléatoire qui n’a rien à voir avec leur importance relative.
 L’incapacité de la génération qui a porté le projet d’indépendance à le transmettre aux générations suivantes et aux jeunes;
 Le projet indépendantiste n’a pas été réactualisé pour tenir compte de la situation actuelle du Québec, des relations actuelles avec le Canada et des effets de la mondialisation;
 Les conditions à l’origine du mouvement souverainiste (l’infériorité linguistique et économique des canadiens français) ne sont plus remplies, aujourd’hui;
 Au malaise identitaire, toujours persistant, le PQ a apporté des solutions qui ont divisé la population. La charte de la laicité n’a fait qu’accentuer les divisions en faisant croire qu’il était possible de gagner des élections sur le dos des minorités. Pire, bien que la liberté de religion soit l’un des plus reconnus par les chartes canadienne et québécoise des droits et libertés, le projet du PQ visait à interdire le port de signes religieux ostentatoire à des milliers de fonctionnaires de l’État tout en visant une cible inavouée : les musulmanes portant un voile;
 L’inévitable contradiction entre deux objectifs : réaliser la souveraineté et prendre le pouvoir par les élections;
 Le projet indépendantiste rebute un grand nombre de Québécois hésitant à abandonner le Canada, un grand pays qui se classe 11 ème dans le monde en ce qui concerne le revenu par habitant. Abandonner le Canada, c’est aussi renoncer aux bienfaits de la péréquation, c'est-à-dire plus de 16 milliards de dollars annuels de revenus nets fournis par le Canada;
 L’absence d’un leader capable de mobiliser les troupes et les faire adhérer aux objectifs du parti.

 
Les voies de solutions

 

L’analyse de la récente défaite historique, associée aux données historiques du PQ, sans oublier de prendre en compte la situation actuelle du Québec au Canada et dans le monde permettent de dégager trois options possibles pour la survie de ce parti indissociable du projet de souveraineté :
Option-1 : Le PQ doit actualiser son discours et recentrer sa stratégie sur le projet de souveraineté. L’idée d’un pays n’est plus suffisante à elle seule. Il faut préciser rigoureusement comment et pourquoi? Quel est la vision? Comment s’inscrit-elle dans le monde contemporain?
Quelles réponses va apporter ce projet de pays aux défis économiques, sociaux, énergétiques, environnementaux, culturels, à l’intégration des immigrants et à la promotion d’une culture francophone en Amérique du Nord.
Option-2 : Garder le projet souverainiste sans en faire l’objectif numéro 1 mais en l’enrichissant d’idées nouvelles en conformité avec la situation actuelle du Québec, pour devenir un parti comme les autres dont le principal objectif est de gagner les élections pour arriver au pouvoir.
Option-3 :Devenir un parti voué essentiellement à la souveraineté, quelque soit les résultats électoraux. Cette option est un peu suicidaire car elle risque de tenir le parti loin du pouvoir et pourrait même ouvrir la voie à des partis en progrès comme la Coalition Avenir Québec(CAQ) qui, déjà, se considère comme le deuxième parti du Québec.

 
Le Parti Québécois est aujourd’hui à la croisée des chemins et il doit prendre rapidement les décisions adéquates pour ne pas disparaitre.

 

Auteur : 
Radouane Bnou‐nouçair
Au fil de l'actualité
+Récent
+Lus
Maroc
Le: 15/08/2017
26 Visites
Actualité
Le: 27/07/2017
86 Visites
Québec
Le: 19/07/2017
131 Visites
Maroc
Le: 30/05/2017
249 Visites
Culture
Le: 09/05/2017
401 Visites
La chronique de RBN
Le: 25/04/2017
329 Visites
Actualité
Le: 09/04/2017
353 Visites
Maroc
Le: 31/03/2017
314 Visites
Culture
Le: 26/03/2017
381 Visites
Maroc
Le: 10/03/2017
433 Visites
Maroc
Le: 20/12/2016
828 Visites
Maroc
Le: 17/11/2016
840 Visites
Maroc
Le: 03/09/2016
981 Visites
Maroc
Le: 05/08/2016
932 Visites
Maroc
Le: 10/07/2016
970 Visites
Maroc
Le: 22/06/2016
836 Visites
Maroc
Le: 01/06/2016
979 Visites
Maroc
Le: 23/04/2016
1 Visite
Maroc
Le: 03/02/2016
1 Visite
Sport
Le: 11/01/2016
1 Visite
Actualité
Le: 02/01/2016
1 Visite
La chronique de RBN
Le: 01/02/2013
7,705 Visites
Maroc
Le: 16/07/2014
6,377 Visites
Québec
Le: 11/03/2013
5,895 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
5,850 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
5,835 Visites
Maroc
Le: 23/09/2012
5,496 Visites
Sport
Le: 02/05/2012
4,936 Visites
Maroc
Le: 18/03/2013
4,867 Visites
Maroc
Le: 28/11/2012
4,831 Visites
Maroc
Le: 28/11/2012
4,769 Visites
Sport
Le: 27/10/2011
4,738 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
4,640 Visites
Maroc
Le: 18/03/2013
4,594 Visites
Culture
Le: 02/07/2013
4,406 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
4,375 Visites
Culture
Le: 24/09/2012
4,373 Visites
Sport
Le: 04/12/2013
4,277 Visites
Sport
Le: 29/10/2012
4,125 Visites
Maroc
Le: 04/04/2014
4,087 Visites
Culture
Le: 09/12/2012
4,030 Visites
Actualité
Le: 23/09/2012
3,962 Visites
Sport
Le: 11/12/2011
3,882 Visites
Maroc
Le: 26/11/2012
3,852 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
3,738 Visites
Maroc
Le: 26/01/2013
3,660 Visites
Maroc
Le: 11/10/2015
3,636 Visites
Culture
Le: 03/05/2013
3,540 Visites
Sport
Le: 04/06/2012
3,503 Visites
Sport
Le: 27/10/2011
3,452 Visites
Culture
Le: 24/09/2012
3,427 Visites
Actualité
Le: 27/11/2012
3,416 Visites
Maroc
Le: 24/12/2012
3,359 Visites
Québec
Le: 09/02/2013
3,296 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
3,291 Visites
Actualité
Le: 18/03/2013
3,261 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
3,239 Visites
Québec
Le: 16/01/2013
3,163 Visites
Maroc
Le: 01/04/2013
3,115 Visites
Maroc
Le: 04/03/2015
3,024 Visites
Culture
Le: 04/11/2014
3,013 Visites
Question du Jour

Pensez-vous que la 3ème guerre mondiale, c'est pour bientôt?

Pages




Copyright © 2012 Maroc-Québec. All rights reserved.