Québec
Le 22/10/2013
La crise d’octobre 1970 au Québec
Québec
Le Québec a connu, après la deuxième guerre mondiale, en 1945, une grande croissance économique qui a permis à l’Etat d’engranger d’importantes recettes fiscales et de se transformer en Etat-Providence.

Dés leur élection, les libéraux, emmenés par Jean Lesage, ont initié la Révolution Tranquille qui a bouleversé les structures économiques, sociales et politiques de la province. Soudainement, les Québécois ont pris confiance en eux mêmes et en leurs moyens et commencèrent à afficher une attitude de plus en plus nationaliste ; ce qui mit mal à l’aise le gouvernement fédéral effrayé par l’arrivée d’un éventuel French Power.
 

L’essoufflement de la Révolution Tranquille

 

L’année 1970, avec la montée du nationalisme québécois, est accompagnée d’une période de violence qui met fin à la Révolution Tranquille et ouvre la voie à la révolution d’Octobre.
Malgré une liste impressionnante de réformes, le parti Libéral (PLQ) perd les élections de 1966. Le PLQ n’arrive à élire que 50 députés alors que l’Union Nationale en dispose de 56.
Le nouveau gouvernement de Daniel Johnson ne peut entièrement désavouer l’héritage libéral et dans une large mesure, il poursuit la Révolution Tranquille. Et ce, d’autant plus que l’exposition universelle de 1967 dont Montréal est le siège, constitue une belle occasion pour son parti d’attirer les yeux du monde entier sur le Québec.
C’est ainsi que le premier ministre reçoit, les uns après les autres, les chefs d’Etats du monde entier. Mais seul, le Président français, Charles De Gaulle soulèvera le problème Provincial-Fédéral en lançant «Vive le Québec libre ! », à l’Hôtel de ville de Montréal, en 1967.
En 1968, le premier ministre du Québec, Daniel Johnson meurt et son successeur, Jean Jacques Bertrand, manquant de leadership, doit affronter le ralentissement économique qui suit la fin de l’Expo 67, les violentes manifestations étudiantes et les mécontentements liés à la langue française.

 

L’élection de Trudeau et la réaction du fédéral

 

En 1968, Pierre Trudeau est élu premier ministre du Canada, avec le premier gouvernement majoritaire depuis 1957.
Il s’emploie, d’abord, à convaincre les québécois que le Canada peut servir leurs intérêts puis il tente de faire comprendre aux anglophones que le fait français n’est pas exclusivement cantonné au Québec mais qu’il concerne tout le Canada.
 

Les premiers mouvements indépendantistes

 

En 1963, le Rassemblement pour l’Indépendance nationale (RIN) devient le premier parti indépendantiste. Il est financé par ses membres pour qui, seule l’indépendance pourra donner le Québec aux québécois, jusque là, étrangers dans leur propre pays.
La langue, et non plus la religion, unit les québécois qui, une fois indépendants, adopteraient le socialisme modéré comme régime politique.
Mené par le bouillant Pierre Bourgeault, le RIN va se signaler en forçant les partis traditionnels à aborder la question nationale et à préciser leur position constitutionnelle.
Le mouvement indépendantiste est redynamisé par le projet de souveraineté mais, forcé de quitter les rangs du parti libéral, René Lévesque crée, en 1967, le Mouvement Souveraineté Association (MSA) avant de fonder, en 1968, le Parti Québécois (PQ), qui deviendra le véritable fief des indépendantistes.
Comme le RIN, le PQ s’autofinance mais n’arrive pas à regrouper tous les indépendantistes.
 

Le terrorisme du FLQ

 

Depuis 1963, des groupuscules se réclament du Front de Libération du Québec (FLQ) et adoptent le terrorisme comme moyen de sensibilisation des québécois à leurs conditions d’exploités.
Les membres du FLQ sont, non seulement, partisans d’une souveraineté sans ambiguïté mais aussi et surtout, ils associent au Québec indépendant, un régime socialiste marxiste.
Pour arriver à ses fins, le FLQ va utiliser la violence et le terrorisme, en multipliant les attentats à la bombe, les vols de banques avant de procéder à des enlèvements de personnalités publiques.
En parallèle, le FLQ incite le peuple québécois à suivre la voie révolutionnaire et violente pour obtenir ses droits. Mais, si la population approuve les principes, elle rejette les moyens utilisés ; et c’est ainsi que le FLQ s’est privé de l’appui populaire.
 

La crise d’octobre 1970

 

Le 5 octobre 1970, quelques mois après les élections qui ont ramené au pouvoir le Parti Libéral Québécois, dirigé par l’inexpérimenté Robert Bourassa, une crise éclate suite à l’enlèvement par le FLQ du diplomate britannique James Richard Cross.
Cet enlèvement est suivi, le 10 octobre 1970, de celui de Pierre Laporte, ministre du travail et de l’immigration du cabinet Bourassa.
Le FLQ pose cinq conditions pour la libération des otages : la fin des opérations policières, la diffusion massive du manifeste du FLQ dans les médias, la libération de 23 prisonniers politiques détenus au Québec, le versement de 500.000 dollars en lingots d’or et un avion prêt à décoller pour Cuba ou l’Algérie.
Alors que le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, cherche à gagner du temps pour épargner la vie des otages, Pierre Trudeau privilégie une intervention musclée. Et c’est ainsi qu’il fait adopter la loi sur les mesures de guerre, dans la nuit du 15 au 16 octobre 1970.
Cette loi permet, non seulement, le déploiement de 5000 soldats de l’armée canadienne au Québec mais elle suspend, aussi, les libertés individuelles puisqu’elle accorde des pouvoirs exceptionnels aux corps policiers (Gendarmerie, Sureté du Québec, Police de Montréal) comme celui d’arrêter des individus ou de faire des perquisitions sans mandat .Ce système exceptionnel a permis l’arrestation de 250 suspects.
La découverte du corps de Pierre Laporte, dans le coffre d’une voiture, le 17 octobre 1970, aggrave la crise et la population, jusque là, passive mais curieuse, s’indigne et s’affole.
La crise s’achève, en décembre 1970 par l’arrestation des ravisseurs tandis que la libération de Cross est obtenue en échange d’un exil à Cuba.

La crise va offrir une occasion inespérée au gouvernement fédéral de discréditer le mouvement indépendantiste.

Auteur : 
Radouane Bnou‐nouçair
Au fil de l'actualité
+Récent
+Lus
Actualité
Le: 24/11/2019
600 Visites
Actualité
Le: 08/11/2019
449 Visites
Actualité
Le: 30/08/2019
591 Visites
Maroc
Le: 27/06/2019
538 Visites
Québec
Le: 19/05/2019
730 Visites
Maroc
Le: 05/05/2019
732 Visites
Culture
Le: 19/03/2019
919 Visites
Québec
Le: 26/02/2019
963 Visites
Culture
Le: 15/10/2018
1 Visite
Maroc
Le: 02/08/2018
1 Visite
Culture
Le: 23/04/2018
1 Visite
Québec
Le: 26/03/2018
1 Visite
Québec
Le: 03/01/2018
2,004 Visites
Québec
Le: 23/12/2017
23,778 Visites
Québec
Le: 17/11/2017
2,318 Visites
Maroc
Le: 09/09/2017
2,940 Visites
Culture
Le: 09/05/2017
49,391 Visites
Québec
Le: 23/12/2017
23,778 Visites
Maroc
Le: 11/10/2015
14,702 Visites
Maroc
Le: 04/04/2014
12,415 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
12,039 Visites
Maroc
Le: 16/07/2014
11,441 Visites
Maroc
Le: 17/07/2015
10,934 Visites
Culture
Le: 04/11/2014
10,070 Visites
La chronique de RBN
Le: 01/02/2013
9,976 Visites
Maroc
Le: 23/09/2012
9,470 Visites
La chronique de RBN
Le: 27/10/2011
9,233 Visites
Québec
Le: 11/03/2013
9,019 Visites
Culture
Le: 07/05/2017
8,856 Visites
Maroc
Le: 28/11/2012
8,704 Visites
Culture
Le: 02/07/2013
8,518 Visites
Culture
Le: 24/09/2012
8,381 Visites
Maroc
Le: 18/03/2013
8,209 Visites
Sport
Le: 11/12/2011
7,020 Visites
Sport
Le: 04/12/2013
6,957 Visites
Maroc
Le: 08/01/2017
6,626 Visites
Maroc
Le: 26/01/2013
6,576 Visites
Culture
Le: 09/12/2012
6,489 Visites
Maroc
Le: 04/03/2015
6,381 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
6,302 Visites
Maroc
Le: 26/11/2012
6,261 Visites
Culture
Le: 03/05/2013
6,178 Visites
Culture
Le: 24/09/2012
5,892 Visites
Actualité
Le: 27/11/2012
5,761 Visites
Sport
Le: 11/01/2016
5,600 Visites
Culture
Le: 20/11/2015
5,577 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
5,474 Visites
Québec
Le: 16/01/2013
5,288 Visites
Actualité
Le: 10/12/2012
5,278 Visites
Québec
Le: 28/02/2014
5,173 Visites
Sport
Le: 26/02/2012
4,672 Visites
Culture
Le: 09/07/2014
4,567 Visites
Maroc
Le: 10/03/2013
4,521 Visites
Sport
Le: 07/05/2014
4,514 Visites
Québec
Le: 28/10/2014
4,465 Visites
Newsletter
Question du Jour

Pensez-vous que la 3ème guerre mondiale, c'est pour bientôt?

C'est une vue de l'esprit
12% (84 votes)
Oui
18% (128 votes)
Non
70% (485 votes)
Votes totaux : 697

Pages




Copyright © 2012 Maroc-Québec. All rights reserved.